Le mannequinat: mon histoire – ma vision

Hello les filles, et les garçons en passant ! Aujourd’hui j’ai envie de répondre à ces questions qui reviennent souvent, voire tout le temps. Combien de fois n’ai-je pas entendu “Comment es-tu devenu modèle /mannequin ?” ; “Ce n’est pas trop dur .” ; “Tu’as le droit d’aller au Mc Do .” ; “Ça doit être dur de ne pas pouvoir sortir Alors aujourd’hui, je prends le temps de vous répondre !

Je vais commencer par ce qui tourmente le plus vos esprits, comment en suis-je arrivée là.

Tout a commencé il y a trois ans, mes parents m’avaient offert un shooting professionnel pour mon anniversaire pour m’aider avec mon manque de confiance en moi. Après ce shooting assez ridicule, hé oui j’étais crispée sur toutes les photos, j’avais posté une des photos en photo de profil Facebook. C’est seulement un an plus tard que j’ai reçu ce fameux message, qui me plongea dans le milieu. Un photographe me demandait d’être son modèle, je lui ai directement ditque ce n’était pas mon travail et que je n’avais aucune expérience mais il a insisté en disant qu’il me voulait moi. J’ai donc participé à mon premier shooting et je me suis prise au jeu. Ce shooting m’a fait réaliser qu’être modèle c’est être actrice et que je pouvais être qui je voulais, quand je shootais je n’étais plus cette fille pas sûre d’elle j’étais une fille ambitieuse et confiante.

Après ça tout s’est enchainé très vite, les demandes de photographes ont commencé à affluer et j’ai fais mon premier shooting lingerie. Mon premier shooting lingerie a été la deuxième étape clé de mon parcours, car Frederic Deplancke, le photographe, avec qui j’ai shooté ce jour-là, a décidé qu’on se reverrait plusieurs fois, pas pour un projet non, pour m’apprendre à poser et à gérer mes expressions, car il faut bien l’admettre je n’avais toujours aucune expérience. Je lui dois beaucoup car c’est grâce à lui qu’aujourd’hui je sais poser et donner des expressions dans mes shootings.

La troisième étape clé a été beaucoup moins glorieuse, je me suis retrouvée engagée dans une fausse agence ! Vous vous doutez bien, je débutais et on m’a vendu monts et merveilles, j’ai foncé sans réfléchir. Soit, je ne vais pas me réétendre sur ce sujet fâcheux. Cependant je dois quand même une chose à cette arnaque, cela m’a permis de rencontrer mon agent actuel que je ne remercierai jamais assez pour sa confiance et son soutien !

sandrine_0186-1_fotor

Maintenant que je vous ai raconté mon parcours, venons en aux questions sur les clichés du mannequinat.

Je ne démentirais pas que c’est un milieu difficile, mais pour moi ce n’est pas de garder un physique parfait le plus difficile. J’ai tendance à manger ce que je veux, ne pas faire de sport et sortir fréquemment. Selon moi, c’est le mental qui prend le plus dans ce milieu. Le mannequinat exige d’être toujours parfaite, belle, mince, etc. mais quand on se fait éliminer à un casting par exemple, on se remet énormément en question “suis-je trop grosse ?” “Ne suis-je pas assez jolie ?”. Alors qu’il se peut tout simplement que l’on ne corresponde pas à l’image que la marque souhaite donner. Je dois bien admettre qu’au début c’était très difficile de ne pas être sélectionnée pour tel ou tel job, ou même de ne pas avoir une réponse, mais après réflexion, je me dis que ce n’était tout simplement pas un job pour moi et cela me motive encore plus à me donner à fond afin qu’un jour ces gens qui n’ont pas voulu travailler avec moi se disent « Waw elle en est là maintenant ! ».

Une dernière chose, si vous souhaitez mieux découvrir ce milieu j’ai un film et un livre à vous conseiller !

  • Le film “Neon Demon” de Nicolas Winding Refn, qui est pour moi un véritable chef-d’œuvre ! Ce film montre l’influence du mannequinat sur l’esprit des jeunes filles prises dans l’engrenage de la perfection absolue. Cependant, quand vous le regarderez prenez de la distance avec le film, je ne vais pas vous expliquer pourquoi maintenant, cela gâcherait l’histoire, mais j’y reviendrai probablement d’un article prochainement.
  • Le livre « jamais assez maigre » de Victoire Dauxerre, vous l’avez peut-être vue dans l’émission sept à huit il y a de ça un an. Dans son livre, Victoire raconte du début à la fin son parcours dans le mannequinat, elle raconte son anorexie, ses idées noires. C’est la première fois que je lisais un livre qui m’a fait ressentir autant d’émotions mais le plus impressionnant, c’est de voir le courage qu’elle a eu pour vaincre son anorexie et sortir de cet engrenage dangereux.

cropped-cropped-logo.jpg